Frais d"hospitalisation impayés : Attention au bug !
06.10.2016
comhop.jpg
Ne laissez pas vos impayés traîner dans les placards ou dans vos bases informatiques. B&V Conseil vous donne la solution.
Il faut différencier tout d'abord deux types de débiteurs : Les patients français et les patients étrangers.

Les patients étrangers

D'une façon générale, à l'AP-HP, les patients étrangers ont laissé derrière eux au fil des ans, des impayés s'élevant à 118,5 millions d'euros. Ce n'est pas le seul dans ce cas. Au CHU de Dijon par exemple, la douloureuse en souffrance se monte à 693 000 euros depuis 2005, d'après Le Bien Public.

Parmi les plus mauvais payeurs figurent en premier lieu l'Algérie, suivi du Maroc, des États-Unis et de la Belgique. Les deux premiers pays de ce classement des mauvais payeurs se retrouvent aussi être ceux dont proviennent le plus grand nombre de patients. Mais cela n'explique pas tout. En Algérie, les deux tiers des dettes sont dues par les résidents, et l'autre tiers par les assurances privées et la sécurité sociale algérienne. Même ratio pour les États-Unis. Les particuliers américains doivent 3,7 millions d'euros, contre 1,9 million pour les assureurs.

C’est Patrick Pelloux, le très médiatique médecin urgentiste et chroniqueur pour Charlie Hebdo qui a braqué les projecteurs sur cette problématique avec un tweet publié le lundi 3 août 2015 :

Avant de partir le roi d’Arabie saoudite pourrait payer ses factures de 3,7 millions d’euros aux hôpitaux de Paris. Un geste de politesse!
— Patrick Pelloux (@PatrickPelloux) 3 Août 2015

En ligne de mire : le Roi Salmane d’Arabie Saoudite, omniprésent dans les médias français ces dernières semaines suite à la privatisation (sans autorisation préalable) de la plage de Vallauris dans les Alpes Maritimes pour ses congés d’été.
Après s’être montré outrancier auprès des forces de police françaises pourtant en charge de sécuriser les lieux privatisés (il a exigé de ne pas voir d’agent de sexe féminin aux abords de son lieu de résidence), le Roi Salmane s’est précipitamment volatilisé dimanche 2 août pour le Maroc, laissant derrière lui une ardoise de 3,7 millions d’euros aux Hôpitaux de Paris.

Pour cela, B&V Conseil recouvre ces créances à l'international.


Les patients français

Nos hôpitaux français ont perdu 51 millions d'euros en créances. Ces factures impayées ont une influence importante sur les résultats de ces derniers.

La solution évidente : externaliser rapidement leurs créances chez B&V Conseil.

En effet, la sous-traitance d'une partie ou de l'ensemble du processus de facturation et de recouvrement est une réelle opportunité. Ce faisant, un hôpital peut libérer des collaborateurs pour des activités à plus haute valeur ajoutée, qui pourraient même faire la différence au niveau de la qualité des soins. Le processus de recouvrement se fera également de manière encore plus professionnelle, garantissant ainsi une baisse du nombre de factures impayées.

La révolution est en marche, le conservatisme du secteur hospitalier change, et laisse place à une nouvelle génération de directeurs financiers qui ne sont plus constitués de médecins spécialistes, mais de professionnels bien conscients des avantages qu'offrent les nouvelles méthodes de gestion des patients.

 
Pour tous renseignement contactez notre service commercial.






Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux:
    


B&V Conseil
10, rue du Fossé Warin - BP 10029
80081 AMIENS Cedex 2
Fax. : 03 22 44 22 43
Netinfosmedias      Mentions légales